Prendre un petit verre de vin ou non ?

Partager:

Conception

Prendre un petit verre de vin ou non ?

L’alcool, tout comme le tabagisme, fait partie des facteurs qui peuvent affecter votre fertilité, que vous soyez un homme ou une femme.  Par contre, il existe tellement de preuves conflictuelles sur l’alcool et la fertilité que la vérité est que personne ne sait vraiment quelle est la vraie réponse.

Comme rien n’est noir ou blanc, quand les tentatives de concevoir s’éternisent, l’acte sexuel peut devenir une procédure mécanique de délivrance de spermatozoïdes et cela peut entraîner de la tension qui peut affecter un couple. Des activités qui favorisent la détente et le plaisir tel qu’une sortie dans un resto ou à la maison avec un verre occasionnel ne sont pas nécessairement à éviter. C’est à chacun de faire ses choix de manière informé ! Alternativement, c’est peut-être le moment de se familiariser avec les nombreux mocktails (cocktails sans alcool) ou bières sans alcool qui existent maintenant sur le marché et qui seront des options intéressantes durant la grossesse. Vous serez probablement surpris des choix qui s’offrent à vous !

 

Abstinence ou consommation occasionnelle?

Ce qu’il faut retenir c’est que si vous ne choisissez pas l’abstinence de l’alcool durant la conception, alors il faut s’en tenir à une consommation très occasionnelle (moins de 3 verres par semaine) et arrêter dès la conception.

Il est certain qu’une surconsommation d’alcool entraine des effets néfastes et est mauvaise pour vous. C’est particulièrement à proscrire si vous essayez de concevoir un bébé.  Bien que la recherche démontre des résultats controversés concernant la consommation faible ou modérée (moins de 5 verres par semaine) avant la conception, il est également vrai que l’on a souvent de la difficulté à calculer notre consommation de manière exacte. Donc, il y aurait une tendance générale à sous-estimer la consommation hebdomadaire.

 

Les effets de l’alcool chez les femmes

Pour les femmes dont la consommation d’alcool est plus importante, la recherche démontre qu’elles consultent plus fréquemment des spécialistes de la fertilité que celles qui boivent de manière plus modérée et leur délai à devenir enceinte est accru. L’alcool peut aussi réduire la capacité des ovaires à libérer des ovules. 

 

Et chez les hommes…

Pour les hommes : une étude menée par des chercheurs danois en 2014 a en effet clairement établi un lien entre la consommation d’alcool et la baisse de la quantité et de la qualité du sperme masculin. Même en ayant bu que 5 verres par semaine on observait une dégradation de la qualité du sperme, une baisse de testostérone, de la libido et davantage d’impotence. 

Le National Health and Medical Research Council aux Etats-Unis recommandent aux femmes qui essaient de concevoir de ne pas boire aucun alcool. C’est souvent ce que votre médecin  ou votre spécialiste en fertilité vous recommandera puisque l’alcool peut également avoir des effets négatifs sur le bébé en développement et que l’on ne connaît pas la quantité qui peut être consommé de manière sécuritaire durant la grossesse.  Si vous êtes déjà enceinte et que vous avez consommé de petites quantités d’alcool au début de la grossesse, le risque de nuire à votre bébé est tout de même faible. Cependant, si avez des inquiétudes, vous devriez parler à votre médecin ou sage-femme.