Fécondation in-vitro

Partager:

In-vitro

Fécondation in-vitro

 

C’est en 1978, en Angleterre, que le premier bébé éprouvette est né. La naissance de Louise Brown représenta pour plusieurs, un point tournant, pour pallier aux problèmes d’infertilité, non résolus par l’insémination qui se pratiquait déjà à cette époque.

Si vous lisez ce texte vous cherchez probablement à en connaître davantage sur la fécondation in-vitro. Les traitements sont souvent coûteux et demandent un investissement de temps considérable. Vous devrez vous informer auprès de votre assureur pour savoir ce qu’ils couvriront. De plus, vous pouvez demander un crédit d’impôt remboursable pour des frais liés à un traitement de fécondation in vitro. Vous aurez plusieurs rendez-vous avec votre spécialiste en fertilité avant d’amorcer la procédure que voici :

Stimulation des ovaires

La première étape pour la femme sera de recevoir un traitement d’hormones qui permettra d’augmenter le nombre de follicules produits par les ovaires et contrôler le moment de l’ovulation. Ceci pourra durer plusieurs semaines. Pour qu’une fécondation in vitro soit un succès, il faut idéalement obtenir davantage d’ovules que lors d’un cycle normal. Lorsque les follicules ont grossi et que les niveaux d’hormones sont adéquats, l’ovulation est alors stimulée par une injection d’hormone HCG.
À noter que certains médicaments de fertilité sont parfois difficiles à trouver en stock alors une pharmacie se spécialisant en fertilité pourra vous indiquer à quel endroit vous les procurer dans votre région.

 

Prélever les ovules

Lorqu’ils sont prêts (environ 36hrs plus tard) les ovules sont prélevés à l’aide d’un petit tube et d’une aiguille que l’on introduit dans le vagin. C’est souvent un processus qui peut être douloureux donc on vous offrira une anesthésie locale. Les ovocytes sont ensuite choisis en laboratoire. Le sperme est prélevé quelques heures auparavant (ou décongelé le jour même) et les spermatozoïdes les plus mobiles sont sélectionnés.

 

Fertilisation

Quelques heures après leur récolte, les spermatozoïdes et les ovocytes seront placés ensemble dans un liquide de culture pendant plusieurs heures à la température du corps. Les spermatozoïdes se déplacent par eux-même vers les ovules pour les féconder. Des embryons peuvent être congelés pour des essais futurs. C’est une décision qui vous revient !

 

Transfert

De 2 à 5 jours après la fertilisation, un ou deux embryons seront transférés dans votre utérus. Le transfert embryonnaire est sans douleur et il est réalisé au moyen d’un petit cathéter souple placé dans l’utérus par le vagin. Après cette étape, vous pourrez habituellement reprendre vos activités normales quoique vous vivrez probablement beaucoup d’émotions en montagne russes dans l’attente d’un possible test de grossesse positif !

 

L’attente

Si les menstruations sont absentes après 12-14 jours, un test de grossesse et des prises de sang de b-HCG pourront confirmer la grossesse. Une échographie sera ensuite organisée vers 6 semaines. Plusieurs cycles de traitements sont parfois nécessaires avant que la grossesse ne réussisse, donc il ne faut pas se décourager si le premier essai n’est pas concluant.